Accueil

Bad Taste


Bad Taste Année : 1987

Titre original : Bad Taste

Réalisateur : Peter Jackson

Des extra-terrestres arrivent sur Terre. Leurs intentions ne sont pas pacifiques : ils veulent utiliser les hommes comme matière première dans la fabrication de hamburgers d’un nouveau type pour leur chaîne de fast-foods. Il est temps pour quelques hommes de combattre pour la survie de l’espèce.

Caméra à l’épaule, litres de sang et tripes au frigo, le gore, depuis le Blood Feast (1963) et le 2000 Maniacs (1964) d’Hershell Gordon Lewis, a bien changé, sous l’influence non négligeable d’un certain Sam Raimi et de Stuart Gordon (Re-Animator (1985)). A noter qu’aucun humain ne perd la vie dans ce premier essai aux accents de cartoon délirant : un homme (Peter Jackson lui-même) tombe d’une falaise et se fracasse le crâne ? Qu’à cela ne tienne, il passera le reste du film à essayer de ne pas perdre sa cervelle – jusqu’à la ramasser sur le sol pour la remettre en place… Autre fait remarquable : il n’y a pas une seule femme dans cette production, on se croirait dans un album de Tintin. Les extra-terrestres, quant à eux, se voient affubler d’un bleu de travail et c’est au marteau (!) qu’ils attaquent les défenseurs de l’humanité. Le sang gicle dans tous les sens, et l’on est malgré tout bien loin des geysers de sang de Kurosawa avec ces cerveaux qu’on mange à la petite cuiller et ces êtres grossiers venus d’un ailleurs pas si lointain qu’on découpe allègrement à coups de tronçonneuse. Bad Taste, en effet. Restent un charme indéniable et un humour parfois perturbant. On retiendra la scène du mouton explosé au bazooka et la liberté totale des plans : parfois trop loin, parfois trop près, de l’insert au plan panoramique, tout semble dépourvu de ce que j’appellerai logique narrative. Grotesque jusqu'au bout, donc, dans la forme comme dans le fond.


Commentaires :

Bernie du Gd Serre (15/09/2012) :
Pas de note Erwan sur cet ovni fondateur du style Jackson ?

Grotesque certes mais déjà si drôle, il préfigure, de façon brouillonne, ce que le réalisateur fera sur Braindead. Sa propre performance, un personnage taré répondant au joli nom de Dérek, vaut à elle seule le détour !
La scène finale dans l'espace, "nouvelle naissance" de Dérek ponctuée d'un long rire aigrelet et dément clôt ce film d'amateur futur génie.

Erwan (16/09/2012) :
Eh non, pas de note !

Ce n'était là pas même une critique, seulement un bref commentaire rédigé rapidement pendant la préparation de mon mémoire de Master 2, soit environ deux ans avant la naissance de mon site et des critiques notées.

Cela dit, puisqu'il s'agit ici clairement d'un OCNI (Objet Cinématographique Non Identifié), je n'aurais de toute façon pas mis de note, mais simplement un éloquent point d'interrogation, comme il m'arrive encore parfois de le faire.

Pour en revenir à la performance de Peter Jackson, elle est double, puisqu'il interprète également l'extra-terrestre que Derek malmène, ce qui pourrait suggérer qu'avec ce film, le réalisateur lui-même perd la tête (littéralement, en l'occurrence).

Tout ça pour dire qu'il s'agit tout de même d'un film culte, en dépit de son aspect quelque peu brouillon, je te l'accorde !


Nom :


Commentaire (français correct exigé) :


Code de sécurité (n'entrez rien, ce code est un leurre pour les robots spammeurs) :
Code de sécurité




Ned


A VOIR


The Swinesons
The Swinesons

Le Test du Geek

Histoires cochonnes


Le livre

Erwan Bracchi 2009-2017