Accueil

Double détente


Double détente Année : 1988

Titre original : Red Heat

Réalisateur : Walter Hill

Viktor Rostavili, qui, dans sa grande générosité, tente d'introduire la cocaïne en U.R.S.S. afin d'en faire profiter son peuple, parvient à s'échapper aux Etats-Unis lorsque les Soviétiques se lancent à sa poursuite. Dans sa fuite, il tue le coéquipier du capitaine Ivan Danko (Arnold Schwarzenegger), homme peu disert aux méthodes expéditives, qui est alors envoyé chez l'Oncle Sam pour rapatrier le criminel et le faire exécuter. Malheureusement, "Rosta", fait prisonnier par les forces de police américaines, réussit, une fois n'est pas coutume, à prendre la poudre d'escampette, condamnant de la sorte le capitaine Ivan Danko à faire équipe avec un policier américain répondant au doux nom d'Art Ridzik (James Belushi), archétype du flic sympathique au verbe généreux et à la gâchette facile. Après quelques péripéties, de belles cascades et de nombreux morts et autres dommages collatéraux, nos deux compères finissent par mettre la main sur Viktor, le terrasser et se découvrir une amitié nouvelle, en dépit de leurs origines et de leurs différences, qui les unira pour toujours. Ils échangent leurs montres, Ridzik se fait avoir avec une "tocante à vingt dollars" et Danko retourne en U.R.S.S. Tout est bien qui finit bien.

Dans les années 1980, les Américains affectionnaient particulièrement le genre dit du buddy movie, genre codifié s'il en est, dans lequel deux héros qu'apparemment tout oppose doivent faire équipe, souvent dans le but d'appréhender un ou plusieurs méchants, et c'est alors l'occasion pour eux de se rapprocher, de se découvrir des affinités et, comme le nom du genre l'indique, de devenir "potes". A l'instar de L'Arme fatale, Double détente, réalisé par Walter Hill, l'un des producteurs du film Alien, le huitième passager, ne déroge pas à la règle, qui nous propose un duo explosif tout droit issu de la guerre froide, les malmène pendant plus d'une heure et quarante minutes avant de conclure gaiement - sans mauvais jeu de mots - sur la naissance d'une belle histoire d'amitié. Si le propos semble banal et l'intrigue, plus que convenue, le film bénéficie cependant de la bonne humeur manifeste d'Arnold Schwarzenegger et de James Belushi, qui, doublement détendus, s'en donnent à coeur joie, des très belles compositions de James Horner et d'un rythme soutenu, malgré un montage parfois étrange, notamment lors de la scène d'introduction. S'il ne s'agit pas d'un chef-d'oeuvre (loin s'en faut), il n'en demeure pas moins que Double détente est un film sympathique, qu'on ne se lasse pas de revoir de temps à autre, et l'on se prend même à citer certaines répliques aujourd'hui devenues cultes ("Evidence.") au cours, justement, de conversations entre "potes".

Note : 5.5/10.


Commentaires :

Mathieu (24/05/2010) :
Ben, écoute, moi qui ne me plaignais de manque de contenu, voilà que tu me fais découvrir un film ! (ben non, je ne connais pas la filmographie de Schwarzenegger par coeur !)
Le film m'a en tout cas l'air résolument années 90. Que du bon ! :p


Nom :


Commentaire (français correct exigé) :


Code de sécurité (n'entrez rien, ce code est un leurre pour les robots spammeurs) :
Code de sécurité




Ned


A VOIR


Moody Alien
Moody Alien

Le Test du Geek

Histoires cochonnes

Erwan Bracchi 2009-2017