Accueil

Executive Koala


Executive Koala Année : 2005

Titre original : Koara kachô

Réalisateur : Minoru Kawasaki

Employé modèle d'une entreprise japonaise spécialisée dans les produits alimentaires, Tamura vit sa vie normale de koala veuf, jusqu'au jour où l'on retrouve sa nouvelle petite amie humaine sauvagement assassinée. La police le soupçonne évidemment, ne manquant pas de le harceler de questions et de le faire suivre en permanence. Peu à peu, Tamura l'homme koala, grâce à l'aide involontaire de son psychiatre et de son lapin de patron, se rend compte que la mort mystérieuse de son ex-femme le hante encore et commence à se demander s'il n'est pas fou, schizophrène ou, plus simplement, s'il n'est pas lui-même le meurtrier des deux femmes de sa vie. Sa longue plongée dans l'univers tout aussi farouche que farfelu de son inconscient le mènera des inénarrables délices de la gastronomie coréenne aux geôles de l'Alcatraz japonaise, en passant par une comédie musicale pour le moins comique et des combats d'arts-martiaux à la Bruce Lee, jusqu'à ce qu'enfin la terrible vérité lui soit dévoilée. Fort heureusement, tout est bien qui finira bien, puisque c'est tout de même d'un koala qu'il s'agit.

Comme vous vous en doutez sûrement déjà (pour ceux qui ne l'ont pas encore vu), le postulat de départ d'Executive Koala n'engage pas le spectateur à prendre ce film au sérieux, loin s'en faut. Minoru Kawasaki prend en effet délibérément le parti de jouer à outrance la carte de l'absurde et du surréalisme pour nous offrir une oeuvre à mi-chemin entre la satire sociale et la parodie, le mélange des genres servant de prétexte à un délire visuel qu'on pourrait croire tout droit sorti d'un camé(scope) complètement déjanté. Peut-être même d'un koala. Malheureusement, cette intrigue animalière ne tient pas ses promesses qui traîne en longueur, ne dispose pas d'un scénario convaincant et ne parvient à faire rire que difficilement, un comble pour une réalisation dont c'était là le but principal, aux dires de l'auteur. Montrer la fermeture Eclair du déguisement des animaux, se contenter d'effets spéciaux volontairement mal faits, écrire des dialogues aussi improbables qu'insipides (extrêmement mal doublés dans la version française, de surcroît), utiliser quelques musiques un tantinet kitch ou burlesques et monter le film n'importe comment ne suffit pas pour provoquer, à la manière d'un Bad Taste, d'un Meet the Feebles ou d'un Braindead de Peter Jackson, l'involontaire hilarité tant recherchée par le réalisateur. Encore moins la présence d'un koala dans un monde en apparence normal, censée titiller abondamment les zygomatiques des spectateurs une heure et demie durant. Résultat, c'est, à quelques exceptions près (les chansons des témoins lors du procès, les combats colorés avec des plats coréens en surimpression), l'ennui qui prédomine une fois la surprise passée, les réflexions sur la différence et le monde infernal de l'entreprise n'y changeant et n'y pouvant absolument rien.

Pour conclure, Executive Koala, en dépit des critiques élogieuses que l'on en peut trouver ici et là sur la toile, est l'exemple même d'une mauvaise bonne idée - ou plutôt d'une bonne idée mal exploitée -, si bien que l'on en vient à se dire qu'il eût été préférable que ce koala peu captivant demeurât en captivité pour le restant de ses jours, dans l'obscurité plutôt que dans les salles obscures, si possible. A voir avec des amis, donc, et de préférence complètement bourré.

Note : 1/10 (un point pour le costume de koala...)

P.S. : l'auteur de ces lignes tient à préciser qu'il adore les koalas (Phascolarctos cinereus). C'est là, par ailleurs, la seule et unique raison pour laquelle il s'est senti le devoir de s'infliger ce nanar et d'en rédiger une courte critique. Après tout, ce n'est pas tous les jours qu'on voit des films avec, en guise de personnage principal, un koala en costard-cravate...

Un koala en costard-cravate...


Commentaires :


Nom :


Commentaire (français correct exigé) :


Code de sécurité (n'entrez rien, ce code est un leurre pour les robots spammeurs) :
Code de sécurité




Ned


A VOIR


Mansion
Mansion

Le Test du Geek

Histoires cochonnes

Erwan Bracchi 2009-2017