Accueil

Jenga


Jenga Année : 1983

Editeur : Parker

Créateur : Leslie Scott

Matériel : 54 briques en bois.

La règle du jeu se trouve ici réduite à sa plus simple expression : dans le Jenga, les joueurs (en nombre plus ou moins illimité, sachant qu'il est également possible de jouer seul) doivent retirer une à une les briques d'une tour pré-construite, dont chaque étage comporte en tout et pour tout trois briques au départ, pour ensuite les empiler au sommet de cette dernière jusqu'à ce qu'elle s'effondre, le perdant n'étant autre que le maladroit responsable de cette chute.

C'est par ce concept original digne du mécanisme d'un Tetris (1984) que le Jenga s'est rapidement imposé comme un incontournable des dimanches pluvieux, des lendemains de fête et des longues soirées d'hiver ou d'été. Tirant son nom de l'impératif du verbe kujenga, qui signifie construire en swahili, le jeu de la Britannique Leslie Scott (qui naquit en Tanzanie, passa son enfance en Afrique de l'Est, puis de l'Ouest, et fit ses études entre l'Ouganda, le Kenya, la Sierra Leone et l'Angleterre, ce qui explique probablement l'étymologie du mot Jenga) nous propose d'élaborer des constructions tout à la fois toujours plus grandes et toujours plus bancales, la tension montant à l'extrême à mesure que les étages s'élèvent et s'entassent, étapes décisives dans la préparation de l'inéluctable effondrement final. Les parties sont donc aussi courtes qu'intenses et s'enchaînent à vive allure, au point de faire oublier aux joueurs pris dans ce tourbillon ludique toute notion de l'espace et du temps.

Jenga Donkey Kong A propos d'espace et de temps, l'auteur de ces lignes avoue ne savoir ni où, ni quand ce fameux Jenga lui dévoila pour la première fois ses secrets. L'ayant redécouvert il y a peu grâce à l'édition Donkey Kong, sortie en 2008 et dotée d'un certain nombre de règles supplémentaires (il s'agit de faire grimper ce bon vieux Mario sur des échafaudages afin de sauver la princesse des griffes du célèbre gorille) il faut le dire sans grand intérêt, votre fidèle rédacteur, après y avoir de nouveau joué et rejoué pendant des heures et des heures, s'est senti le devoir d'assembler quelques mots, phrases et paragraphes, à la manière des briques du Jenga, dans le but d'en tirer une courte critique laudative. Car il n'est peut-être pas en ce monde, en effet, de plaisir plus grand que celui d'assembler, en famille ou entre amis, des briques, des dizaines de briques, dans le but unique de les voir s'écrouler, tas de blocs informe, sur une table vaincue d'avance par l'anarchie la plus totale. Et de recommencer. Encore et encore. C'est là le propre des grands jeux.

En conclusion, vous l'aurez compris, le Jenga n'est rien de moins qu'un grand classique du jeu de société, dans lequel le bon sens et la dextérité sont des avantages certains, mais qui saura quoi qu'il arrive divertir les êtres humains de tous âges et de tous horizons, au point de faire s'écrouler de rire ceux qui, au départ, semblent les plus réticents à l'idée de faire s'écrouler des briques. En somme, le Jenga, comme on dit, ça casse des briques, et c'est tout ce qu'on lui demande.

Note : 10/10


Commentaires :

Elodie (09/10/2011) :
Encore une fois, c'est avec des briques que nous trouvons le plus notre bonheur... Vive la simplicité, que demander de plus !

Julien (19/10/2011) :
Comme souvent, ce sont les jeux les plus simples qui sont les meilleurs !
C'est le cas aussi pour les jeux vidéo, comme tu l'expliquais dans ton article sur les boucles.
Cependant, arrivé à un certain point de complexité, les jeux peuvent obtenir une dimension encore supérieure (Risk ou D&D pour les jeux de plateau, par exemple).

Erwan (19/10/2011) :
Effectivement, Risk est assez génial, malgré, ou plutôt grâce à des règles plus élaborées. Quant à D&D, je viens justement de mettre la main dessus, mais n'ai malheureusement pas encore eu l'occasion d'en faire une partie...


Nom :


Commentaire (français correct exigé) :


Code de sécurité (n'entrez rien, ce code est un leurre pour les robots spammeurs) :
Code de sécurité




Ned


A VOIR


The Swinesons
The Swinesons

Le Test du Geek

Histoires cochonnes

Erwan Bracchi 2009-2017