Accueil

John Rambo


John Rambo Année : 2008

Titre original : John Rambo

Réalisateur : Sylvester Stallone

John Rambo s'est retiré dans le nord de la Thaïlande et capture des serpents pour gagner sa vie, une vie simple à l'écart de la guerre civile qui fait rage non loin. Fort heureusement, Sarah et Michael, deux bien-pensants américains pleins de bonne volonté viennent lui demander de l'aide pour les transporter jusqu'à un camp de réfugiés, auxquels ils souhaitent apporter de l'aide (soit des sachets en plastique avec une surprise à l'intérieur, des diagnostics médicaux inutiles puisqu'il n'y a aucun moyen de soigner qui que ce soit, et des regards horrifiés mais emplis de pitié et de compassion à la vue des pauvres gens auxquels il manque un membre, voire plusieurs). Alors au début, par principe, John refuse. Puis il accepte pour les beaux yeux de la belle blonde qu'il n'aura jamais, et embarque sur son petit bateau avec ses nouveaux amis américains pour leur faire franchir la rivière. Heureusement, ces derniers se feront kidnapper par les méchants et John, d'abord réticent, finira, aidé de quelques mercenaires, par aller sauver tout le monde, car après tout, comme il le dira lui-même au cours du film, il vaut mieux mourir pour une cause que vivre pour rien...

Alors, autant le dire tout de suite, ce film, comme vous vous en doutez déjà, est loin d'être un chef d'oeuvre ! Il vaut cependant la peine d'être regardé pour plusieurs raisons :
1. Il contient deux scènes d'anthologie : une première où John égorge un homme à mains nues (oui, vous avez bien lu, "à mains nues"), et une seconde, fort longue, en fait toute la séquence de fin du film, au cours de laquelle John se place derrière une mitrailleuse et fait un carnage sans nom parmi les méchants.
2. Les dialogues (dans la version française tout du moins). Ils sont tout simplement aussi mémorables que mauvais, si bien que je ne résiste pas à l'envie de vous en citer quelques passages : "Vous avez des armes ? - Bien sûr que non. - Alors vous ne sauverez personne." "Tu préfères vivre pour rien, ou mourir pour une cause ?" "Tu sais qui tu es, tu es ce que tu fais".
3. Ca pète de partout, et moi, je le confesse, j'aime bien quand ça pète de partout, surtout quand ce n'est ni trop mal filmé, ni trop mal monté (en comparaison de la majorité des films des années 2000, bien évidemment, dans lesquels on retrouve des plans de quelques dixièmes de seconde qui se suivent sans logique et qui finalement ne montrent guère plus qu'ils ne racontent, c'est-à-dire rien...) - on reconnaît même, ici et là, quelques brefs plans à la Danny Boyle fort bienvenus...

En conclusion, nous avons donc là un film d'action honnête, ultra-violent et à la limite du gore, qui, à défaut d'être bon, nous offre un spectacle parfois jouissif !

Note : 6/10


Commentaires :

Julien (25/08/2009) :
Pas de comparaison avec les précédents opus ? J'avoue ne pas avoir vu celui-ci, mais j'ai vu les trois premiers... Bon... ce sont des films de guère sans originalité - à part peut-être le premier... Celui-ci est-il différent, de ce point de vue ? Offre-t-il un point de vue critique à un moment ou à un autre ou pas du tout ? (et la case pour les commentaires n'est pas assez large, je peux pas me relire !)

Erwan (25/08/2009) :
(Voilà, problème de case réglé !) Pour ce qui est des précédents opus, effectivement, Rambo 2 et 3 ne sont guère que des films de guerre sans originalité, tandis que le premier demeure un classique pour de bonnes raisons, mais j'en dirai plus lors de la critique d'icelui. Quant au "point de vue critique" du Rambo qui nous intéresse ici, s'il y en a un, autant dire qu'il semble assez mince - on peut éventuellement le résumer ainsi : "Oui la guerre, c'est mal, mais quand on n'a pas le choix, il faut se battre, un point c'est tout. Et puis si on le fait alors qu'on n'est pas obligé, pour la bonne cause, alors c'est encore plus mieux bien"... Après, évidemment, on pourrait arguer que le personnage de Rambo, qui ne se bat pas pour sauver des gens, mais bien plutôt pour le plaisir de tuer, donne au film une certaine ambiguïté, mais je crains fort que cela n'aille pas tellement plus loin...

Julien (25/08/2009) :
Ouais, c'est bien ce que je craignais... Nan parce qu'au moment de sa sortie, j'ai entendu dire « Rambo a atteint la maturité »... « C'est beaucoup plus mieux »... etc. Bon. On repassera.


Nom :


Commentaire (français correct exigé) :


Code de sécurité (n'entrez rien, ce code est un leurre pour les robots spammeurs) :
Code de sécurité




Ned


A VOIR


Nware Belliscare
Nware Belliscare

Le Test du Geek

Histoires cochonnes


Le livre

Erwan Bracchi 2009-2017