Accueil

Labyrinthe


Labyrinthe Année : 1986

Editeur : Ravensburger

Créateur : Max J. Kobbert

Matériel : un plateau de jeu, trente-quatre tuiles représentant des couloirs, vingt-quatre cartes sur lesquelles figurent des objets à trouver et quatre petites figurines en plastique de couleur verte, jaune, rouge ou bleue.

Le principe de base est simple : deux à quatre joueurs s'affrontent dans un labyrinthe au sol meuble dans l'unique but de ramasser le plus d'objets possible. Chacun déplace à son tour une rangée de tuiles, changeant de la sorte la configuration des couloirs pour lui-même et les autres participants, puis tente par tous les moyens de rejoindre ou bien, à défaut, de se rapprocher de la case sur laquelle se trouve le dessin représenté sur la première carte de son tas, tant qu'aucun mur ne le bloque. Et ce jusqu'à ce qu'enfin son paquet de cartes soit intégralement retourné. Fin de partie. Comme on peut aisément s'en douter, cela ne prend généralement guère plus d'une demi-heure.

Labyrinthe, en quelques années seulement devenu l'un des grands classiques du jeu de société familial, tire probablement son succès d'un certain nombre de qualités ludiques indéniables : esthétique épurée tout droit héritée des grands clichés du jeu de rôles, de la littérature médiévale fantastique et du folklore occidental (on retrouve dans les dessins les habituels fées, dragons et fantômes, accompagnés d'une myriade d'autres créatures imaginaires aussi diverses que variées), courte durée des parties, jouabilité sans faille, simplicité des règles et convivialité du concept. Une fois les premières rangées de tuiles déplacées, difficile, donc, de décrocher, tant et si bien que les parties s'enchaînent sans même que l'on s'en aperçoive et ce quel que soit l'âge.

Ayant très jeune découvert cette création ludique incontournable, et l'ayant redécouverte à l'âge adulte, l'auteur de ces lignes doit avouer aujourd'hui qu'il n'est pas désagréable, de temps à autre, surtout l'été, lorsque les journées sont longues, lourdes et chaudes, s'étirant à l'infini pour se donner parfois des allures d'éternité, de retourner l'espace de quelques instants traîner ses guêtres en famille dans les couloirs tout aussi interchangeables qu'interminables de cet inextricable Labyrinthe, dont les multiples versions, du Labyrinthe Junior au Labyrinthe Master (récompensée par de multiples prix, dont le Mensa Select et, surtout, le prestigieux Spiel des Jahres), en passant par les éditions Lord of the Rings, Avatar (!) et Disney, trahissent à la fois la volonté, de la part de l'éditeur, de maximiser de manière éhontée les profits engendrés par la commercialisation de ce produit, et le statut particulier dans notre culture consumériste de la création de l'Allemand Max J. Kobbert, professeur de psychologie cognitive à l'Académie des Arts de Münster, une création dont l'approche originale de l'espace doit beaucoup au Rubik's Cube d'Ernõ Rubik et qui depuis plus de vingt-cinq ans semble sans mal traverser l'épreuve du temps.

En conclusion, Labyrinthe est une bonne pioche, un objet qu'il serait bon pour les générations à venir l'aller quérir dans les allées dédaléennes du premier centre commercial venu, ne serait-ce que pour le plaisir d'une mise en abîme en bonne et due forme.

Note : 9/10


Commentaires :

Julien (13/07/2011) :
À propos d'immersion ludique, j'ai trouvé sur ce point Labyrinthe master bien plus prenant.
Plus sombre, plus joli, plus « mystique », il fait passer le Labyrinthe basique pour un jeu d'enfants.

Erwan (25/09/2011) :
Malheureusement, le Labyrinthe Master ne semble plus être produit par Ravensburger...


Nom :


Commentaire (français correct exigé) :


Code de sécurité (n'entrez rien, ce code est un leurre pour les robots spammeurs) :
Code de sécurité




Ned


A VOIR


Germinator
Germinator

Le Test du Geek

Histoires cochonnes

Erwan Bracchi 2009-2017