Accueil

Mammuth


Mammuth Année : 2010

Titre original : Mammuth

Réalisateurs : Gustave Kervern et Benoît Delépine

Une belle histoire : au moment de son départ à la retraite, Serge Pilardosse, employé d'une usine à cochons, s'aperçoit qu'un certain nombre de documents lui manquent pour obtenir tout ce dont il s'estime en droit de bénéficier. Il abandonne donc aussitôt sa femme, caissière de son état, plus ou moins à contre-coeur, pour partir sur sa vieille Münch Mammuth, une moto mythique de 1973, en quête de ses "papelards" et de ses anciens employeurs, l'occasion pour lui de faire le point sur sa vie, de déterrer des souvenirs enfouis sous le poids des ans aux quatre coins de la France et de faire enfin face aux fantômes de son passé, dont l'esprit d'une étrange jeune femme au visage d'ange couvert de sang... Sa rencontre avec Miss Ming, une artiste aux allures de folle qui se trouve également être la fille de son frère, sera déterminante.

Comme on peut le voir ici, l'humour corrosif de Gustave Kervern et Benoît Delépine sert dans Mammuth une fable pour le moins touchante, dont certaines scènes ne sont pas sans rappeler l'excellent The Wrestler de Darren Aronofsky, sorti deux ans plus tôt : Gérard Depardieu, grand, gros et gras, les cheveux longs à peine coiffés, se déplace au début la caméra dans le dos, parcourant ici les couloirs grisâtres de son usine, et là les allées austères et froides d'une grande surface où les vieillards meurent à côté du rayon surgelés sans que personne n'y prête attention - Serge lui-même hésitant quant à ses obligations avant, finalement, de s'éloigner comme si de rien n'était. Mais au-delà du personnage principal et de quelques angles de vue caractéristiques, c'est l'histoire même de Mammuth qui fait directement référence à l'oeuvre d'Aronovsky : un homme sur le déclin repart à l'aventure pour un dernier round avec la vie.

Et ce dernier round, ce dernier tour (de France), sera l'occasion pour lui de tourner enfin la page et de tirer définitivement un trait sur ses vieilles hantises. Retrouvant la mémoire après de longues années d'un travail répétitif et rébarbatif, il se rappelle ses amours mortes avec une jeune fille (Isabelle Adjani) qu'un accident de moto tua quelques dizaines d'années plus tôt - c'est le fantôme de cette dernière, son souvenir ensanglanté, qui sur le trajet de son passé l'accompagne de rencontre en rencontre, jusqu'à ce qu'enfin Serge Pilardosse réalise, peut-être grâce à Miss Ming, et donc grâce à l'art (brut, ici), qu'il est grand temps de vivre dans le présent. Il vend alors sa vieille Mammuth afin d'assurer ses vieux jours et retourne chez lui dire à sa femme combien il l'aime.

A la fin du film, une question subsiste néanmoins : pourquoi les réalisateurs l'ont-ils appelé Mammuth ? Certes, il y a la moto de Serge, mais cela ne saurait être une raison suffisante. Cette Epona mécanique, aussi éponyme soit-elle, n'en cache pas moins d'autres significations possibles. En effet, outre le nom d'un animal préhistorique bien connu de nos ancêtres, ici représentés par ce primate de Serge Pilardosse, il serait difficile, pour les spectateurs suffisamment âgés, de ne pas reconnaître dans le nom de cette moto celui d'une chaîne de magasins célèbre aujourd'hui disparue : Mammouth. Un lien d'autant plus pertinent que le personnage principal découvre, au cours de son voyage, qu'une partie des entreprises qui l'ont employé dans sa jeunesse ont depuis longtemps fermé leurs portes, le laissant dans l'incapacité totale de retrouver ses fameux "papelards" - ce qui, au passage, soulève symboliquement le problème d'une France amnésique, à l'instar de Serge, dont la quête principale finit justement par consister à retrouver la mémoire. Enfin, l'auteur de ce site, par prétérition, ne vous fera pas l'affront d'établir un lien psychanalytique entre Mammuth, mémoire, amour et maman, beaucoup trop évident pour que l'on s'attarde ici dessus.

En conclusion, Mammuth est une oeuvre bien plus riche et plus intelligente qu'il n'y paraît au premier abord, dans laquelle on nous montre une France que l'on n'a pas nécessairement l'habitude de voir sous cet angle (de caméra), Gérard Depardieu s'y taillant au passage un rôle original à sa démesure, tandis que Miss Ming illumine littéralement le film de sa présence candide et poétique. On peut le dire, c'est un bien beau cadeau que nous ont offert Gustave Kervern et Benoît Delépine avec cette bien belle histoire de professionnel du lard à la recherche de ses "papelards".

Note : 8.5/10


Commentaires :


Nom :


Commentaire (français correct exigé) :


Code de sécurité (n'entrez rien, ce code est un leurre pour les robots spammeurs) :
Code de sécurité




Ned


A VOIR


Dino
Dino

Le Test du Geek

Histoires cochonnes

Erwan Bracchi 2009-2017