Accueil

Running Man


Running Man Année : 1982

Titre original : Running Man

Auteur : Stephen King (à l'époque sous le pseudonyme de Richard Bachman)

Une histoire simple dans un futur effroyable : en 2025, Ben Richards, père de famille au chômage et sans le sou, doit à tout prix trouver de l'argent pour acheter les médicaments dont sa fille a besoin pour soigner sa pneumonie. Pour un homme tel que lui, la seule solution, c'est de s'inscrire aux horribles jeux télévisés que programme chaque jour le gouvernement. Après une sélection drastique, Ben Richards gagne le gros lot, qui sera l'un des deux participants de la prochaine édition de la Grande Traque, la plus célèbre émission du moment. Ce n'est malheureusement pas une très bonne nouvelle, puisque le jeu consiste à survivre pendant trente jours à une traque nationale, à laquelle se joignent chasseurs professionnels et riches spectateurs assoiffés de sang. Quiconque le trouvera gagnera de l'argent. Quiconque le tuera deviendra riche à l'extrême. Inutile de dire que personne n'a jamais survécu plus de quelques jours à pareille débauche de violence et de haine. Et si Ben a le traque, il n'y là rien que de très normal. Dan Killian, le directeur des jeux, ne doute donc point de sa mort prochaine, mais c'est sans compter l'intelligence et la force de notre humble héros, qui finira par mettre un terme aux agissements de cet organisation totalitaire en détournant un avion pour le faire s'écraser sur la tour des jeux. Game over.

Ecrit en une semaine, ce roman d'anticipation sans réelle prétention plonge rapidement le lecteur dans un univers proche de celui de 1984 (les télécrans sont simplement remplacés par le libertel, nom dont l'ironie ne vous aura sûrement pas échappé), se concentrant avant tout sur la lutte d'un homme contre un système, plutôt que sur une véritable analyse de ce dernier. Nous sommes donc plus du côté de David contre Goliath que du Capital, ce qui n'est pas nécessairement une mauvaise chose. On notera par ailleurs que la simplicité du propos, qui n'est pas sans rappeler un certain nombre d'oeuvres ultérieures (The Truman Show (1998, de Peter Weir), Acide sulfurique (2005, d'Amélie Nothomb)), n'a d'égale que la relative pauvreté de l'écriture (l'auteur de ces lignes, n'ayant pas eu sous les yeux la version américaine, se contentera d'affirmer que la traduction française est exécrable), Stephen King étant manifestement mal à l'aise avec le genre - on ne retrouve pas ici son vocabulaire habituel, à deux ou trois vulgarités près -, ce qui ne l'empêche pas pour autant d'instaurer un suspense haletant, tant par le rythme de ses phrases (souvent courtes) que par l'usage constant de cette épée de Damoclès qu'est la mort inéluctable de Ben - va-t-il s'en sortir ? Va-t-il mourir ? Et comment ? Ces questions persistent jusqu'au dénouement final, qui prend littéralement la forme d'une chute. Le renversement de situation, bien que convenu, n'en conserve pas moins toute sa délectable ironie : Richards, chassé par les riches, part à son tour à la chasse aux richards. Il gagne donc la partie. Tuant au passage Killian, dont le patronyme aura fini par se retourner contre lui (Kill-ian).

En conclusion, nous nous contenterons d'ajouter qu'il n'y a justement pas grand-chose de plus à ajouter au sujet de Running Man, le roman se donnant lui-même plus comme un divertissement intelligent (l'explosion récente en France de la télé-réalité n'a rien à envier à l'univers créé par Stephen King, qui lui-même n'a rien à envier aux célèbres jeux du cirque de la Rome antique) que comme une oeuvre littéraire d'une grande richesse aux multiples niveaux de lecture. A noter cependant que Ben a pour nom de famille le pseudonyme choisi pour l'occasion par Stephen King, ce qui pourrait constituer un clin d'oeil critique au statut de l'écrivain, dont l'oeuvre est l'unique source de revenus, et donc l'unique moyen de survie dans un monde extrêmement violent sur le plan social. Une dimension qui disparaîtra totalement de la sympathique adaptation de Paul Michael Glaser avec Arnold Schwarzenegger, sortie sur les écrans américains cinq ans plus tard. Mais ceci est une autre histoire...

Note : 7.5/10


Commentaires :


Nom :


Commentaire (français correct exigé) :


Code de sécurité (n'entrez rien, ce code est un leurre pour les robots spammeurs) :
Code de sécurité




Ned


A VOIR


Capitaine Ned
Capitaine Ned

Le Test du Geek

Histoires cochonnes


Le livre

Erwan Bracchi 2009-2017