Accueil

Sidekicks


Sidekicks Anne : 1992

Titre original : Sidekicks

Ralisateur : Aaron Norris

Asthmatique, frle et mal dans sa peau, Barry Gabrewski (feu Jonathan Brandis) se rfugie depuis toujours dans un univers imaginaire au sein duquel tout lui semble plus facile. Plus facile en tout cas qu'au collge, o ses camarades de classe le martyrisent longueur de temps, tandis que son professeur d'ducation physique le mprise en permanence et que la jeune fille dont il s'est pris lui tmoigne une condescendance dont il se passerait fort bien. Dans ses rves, au contraire, Barry n'est plus "Barriquiqui" l'adolescent martyr, mais Barry le champion de karat, Barry l'invincible, Barry l'quipier de choc d'un certain Chuck. Chuck Norris. Son hros. Qu'il soit en cours ou sur le chemin de l'cole, Barry voit Chuck partout, car Chuck est partout. Chuck a, comme Dieu, le don d'ubiquit. Si bien qu'on le retrouve sur tous les fronts, combattant tour tour des nues de ninjas mal intentionns, des pelotons de soldats surquips ainsi que des hordes de brigands, ne manquant jamais de sauver la belle au passage - une jeune enseignante d'origine asiatique qu'apprcie particulirement notre jeune souffre-douleur dans le monde rel. Une affection que Noreen Chan lui rend bien, qui dcide de lui faire rencontrer son oncle, M. Lee (car au cinma, c'est bien connu, tous les experts en arts martiaux s'appellent Lee, qu'ils le veuillent ou non), un vieillard aux moeurs bien tranges, mais la sagesse certaine, qui va s'occuper de remettre en forme cet adolescent souffreteux pour le simple plaisir d'accomplir une bonne action. Et de lui lancer des boulettes de riz dans la figure. Et de le voir se briser le poignet sur des briques en mousse. Et de rire de sa maladresse au nunchaku. Fort heureusement, Barry finit par se montrer la hauteur, vaincre son handicap et mettre terre Randy, son principal tortionnaire. Randy, vex, lui propose alors de l'affronter au championnat de karat local. Une proposition que Barry ne saurait refuser. Ce sera l'occasion pour lui de dvoiler au monde ses nouveaux talents et de faire quipe avec Chuck pour la dernire fois. Mais en vrai. Car, oui, Chuck Norris participe galement. C'est un miracle. Un miracle ! Et tel le Messie, Chuck multipliera les pains, apportant ses nouveaux amis la victoire tant espre. Et c'est ainsi que Barry cesse de rver sa vie pour enfin vivre son rve.

Il est un film en ce monde qui dans votre enfance vous fit forte impression, un film qui vous marqua par son humour, son sens du grotesque et sa mise en scne improbable, un film dont l'un des acteurs principaux a su par son charisme et son jeu particulier vous donner et redonner le sourire pour les annes venir. Cet acteur, vous n'avez pu l'oublier, car il s'agit de Chuck Norris, l'homme, la bte, que dis-je, le dieu qu'affronta Bruce Lee dans La Fureur du dragon, en 1972. Vous ne vous souvenez cependant plus du titre de ce film, et les images ont peu peu sombr dans les affres de l'oubli, tant et si bien que vous ne songez plus mme le revoir un jour. Tranant vos gutres dans les rayons mal agencs d'un Troc de l'le fort bien achaland, vous ne vous attendiez donc pas dcouvrir, votre grande surprise, l'un des rares exemplaires du DVD de... Sidekicks ! Le voil, perdu dans l'anonymat d'une masse de nanars aux titres inconcevables ! Les images vous reviennent soudain ! Sur la jaquette, Chuck et Barry donnent un yoko geri dans le vide, ou bien au spectateur, cte cte, sur fond de rouge et de rage. Des photos de Chuck le ninja, de Chuck le guerrier, de Chuck le cow-boy - pas de doute, c'est bien l'oeuvre que vous n'espriez plus revoir ! Et c'est bien le film que vous achterez aujourd'hui - pour deux euros - sans la moindre hsitation.

Deux hros pour deux euros. Qui dit mieux ?
Deux hros pour deux euros. Qui dit mieux ?

De retour chez vous, sans perdre de temps, vous vous htez d'enfiler l'aurole iridescente entre les mchoires mcaniques de votre lecteur DVD, puis vous enfoncez dans votre lit, bien au chaud, cependant que se charge le menu principal. A l'aide de votre fidle tlcommande, vous placez le curseur sur LECTURE DU FILM, appuyez sur OK, puis savourez les derniers instants qui vous sparent de cette mmorable ralisation. Les premires images apparaissent : deux ninjas blancs passent tabac d'autres ninjas vtus de noir. Les coups fusent, pleuvent, se dversent en torrents sur des ennemis tout aussi nombreux que maladroits. Une jeune femme au physique attrayant se dbat, tentant de s'chapper malgr les liens qui la retiennent prisonnire. Heureusement, les deux ninjas blancs finissent par venir bout de l'arme de ninjas qui les assaillaient, librent la demoiselle en dtresse et rvlent alors leurs vritables visages : il s'agit d'un jeune blondinet d'une quinzaine d'annes et de Chuck lui-mme, en chair et en Norris. Le hros. Le sourire aux lvres, vous sentez que vous allez passer un bon moment.

Si vis pacem, para Norris.
Si vis pacem, para Norris.

Trs vite, les scnes cultes s'enchanent : le film a des allures de tlfilm du dimanche, et pourtant, quel feu d'artifice ! C'est un dluge, une vritable dbauche de morceaux de bravoure faussement piques, dans lesquels Chuck apparat sous son meilleur jour, jamais avare de l'une de ces petites mimiques qui le rendent tout la fois terriblement ringard et puissamment charismatique. Dcidment, l'autodrision lui sied merveille. Chuck surjoue son propre rle, mais il n'est pas le seul acteur surjouer : tous, l'exception peut-tre de Barry et de sa petite amie, se donnent volontiers des airs de toons djants, la traduction franaise accentuant considrablement leur apparence grotesque par des voix de dessin anim du plus bel effet. Mention spciale au grand mchant de l'histoire, Kelly Stone, que vous n'oublierez pas - ou plus - de sitt.

Kelly Stone
Kelly Stoooooooooooooone !

Trs vite, vous prenez conscience qu'il ne s'agit pas l d'un nanar comme les autres. Pris d'un doute, vous vous demandez mme par moments s'il s'agit l vritablement d'un nanar. Le scnario, bancal mais efficace, vous rappelle trangement l'un des grands films de votre enfance, Last Action Hero, dans lequel un petit garon, Danny, se retrouvait plong dans l'univers de son hros, j'ai nomm Arnold Schwarzenegger. Peut-tre s'agit-il donc d'une sorte de plagiat, d'ersatz ou, dans le meilleur des cas, de parodie de Last Action Hero. Cependant, vous vous rappelez que ce dernier sortit dans les salles en 1993, soit exactement un an aprs Sidekicks. Voil qui vous semble bien trange. Aucune autre comparaison possible, cependant, puisque le film de John McTiernan tient plus du chef-d'oeuvre que du nanar, tandis que celui d'Aaron Norris tient plus du nanar que du chef-d'oeuvre. Et pourtant. Malgr la faiblesse relative de son scnario, malgr sa musique, ses plans et son montage quelconques, Sidekicks vous tient en haleine du dbut la fin. C'est l peut-tre l'incroyable pouvoir de Chuck, dont la prsence illumine littralement le film - on s'attend d'ailleurs presque le voir apparatre couronn d'un anneau de lumire, toile parmi les stars du cinma d'action de seconde zone. Ou peut-tre est-ce l'humour particulier dont chaque scne regorge. A titre d'exemple, au cours des toutes dernires minutes, lorsque Barry quitte les lieux du tournoi d'arts martiaux, il oublie sur un banc l'un de ses magazines consacrs Chuck Norris. Ce magazine, c'est un handicap sur chaise roulante qui le trouve, ses yeux s'illuminant par la mme occasion comme s'il avait retrouv - l'espoir. Or, il sera trs difficile pour lui de devenir champion de karat. Le message est pass, mais on ne peut s'empcher de rire, car, c'est bien connu, l'espoir fait rire.

Barry le Kid et Chuck Nourrice
Barry le Kid et Chuck Nourrice.

Fin. C'est dj le gnrique, et vous en redemandez. Tandis que vous entamez l'criture d'une critique de Sidekicks pour votre site Internet, une critique que vous ne pouvez pas ne pas rdiger, vous songez que c'est l probablement l'un des "meilleurs" films de Chuck Norris, et certainement l'un des meilleurs nanars que vous ayez vu de votre vie. Vous dcidez donc d'y faire l'loge de Chuck et d'attribuer ce nanar de trs grande classe une note symboliquement leve.

Note : 8/10

P.S. : vous tenez prciser, pour finir, que l'on a plaisir retrouver dans ce film un certain nombre d'acteurs trs prsents sur le petit comme sur le grand cran, mais qui la plupart du temps n'interprtent que des rles de moindre importance - (Gerrit Graham (Dr Pankow, dans Parker Lewis), Danica McKellar (Winnie, dans Les Annes coup de coeur), Mako (le magicien, dans Conan le barbare (1982)), ou bien encore Beau Bridges (le pre, dans The Wizard (1989), film qui n'tait autre qu'une publicit gante pour Nintendo, dans lequel un enfant plus ou moins autiste trouvait sa voie dans le jeu vido, devenant la fin champion du monde de Super Mario Bros 3...).


Werna 2009-2023