Accueil

Paranormal Activity


Paranormal Activity Anne : 2007

Titre original : Paranormal Activity

Ralisateur : Oren Peli

Katie, jeune tudiante, et Micah, jeune cadre dynamique, vivent seuls dans une immense demeure. Depuis quelque temps, le couple entend des bruits tranges, pendant la nuit ; Micah dcide donc d'investir dans une camra numrique afin de mener l'enqute. Las, il semblerait que l'entit factieuse dont sont victimes les deux protagonistes n'apprcie gure qu'on s'immisce dans ses affaires, et bientt la plaisanterie tourne au cauchemar, tandis qu'entre dmence et dmons la demeure devient le thtre de phnomnes effroyables.

Vous l'aurez compris, il s'agit, dans ce film, une fois n'est pas coutume, de faire de la camra un personnage part entire. A l'instar de Cloverfield, Paranormal Activity se propose de plonger le spectateur dans son univers angoissant par l'intermdiaire d'un cameraman amateur, j'ai nomm Micah, jeune homme fru de nouvelles technologies et plus qu'impatient d'en dcoudre avec le petit plaisantin qui s'amuse faire craquer le parquet, claquer les portes et taper contre les murs de sa chambre des heures indues. Fort heureusement, le ralisateur a eu la bonne ide de faire utiliser son personnage un trpied lors des nombreuses squences qui ncessitaient un plan fixe - soit toutes les nuits o le couple est victime d'apparitions plus ou moins violentes -, ce qui, sans compter la relative dextrit dudit protagoniste, permet d'viter au spectateur toute sensation de malaise et toute envie de regurgiter son repas sur son voisin, son sige ou l'cran.

Pass ce petit dtail technique, on se rend rapidement compte qu'il ne se passe pas grande-chose, dans cette maison, la plupart du temps, si l'on excepte les bruits et la porte qui tend se refermer d'elle-mme. Et c'est l justement ce qui fait tout l'intrt du film. Trs vite, la vue de cette grande chambre obscure, prisonnire, comme le couple, d'un plan de demi-ensemble qui laisse entrevoir, sur le ct gauche, au-del de la porte entrouverte, un couloir entnbr, le spectateur commence partager la peur des deux hros, parce qu'il attend, parce qu'il apprhende le moindre signe qui pourrait prouver que la demeure est bel et bien hante, de sorte qu'il devient lui-mme, en quelque sorte, doublement acteur du film, en assistant la projection de ces images tout d'abord, puisqu'elles nous sont prsentes comme un tmoignage, une trace de ce qui s'est "rellement" droul, mais galement en anticipant les apparitions du poltergeist (du fantme ou du dmon, quoi que cela puisse tre), faisant de la sorte de son imagination la source mme de son angoisse - un mot sur lequel il convient d'insister, puisque le ralisateur ne cde pas ici la tentation, trop frquente dans le cinma d'horreur, de l'effet de surprise : il nous donne, conscient de sa dmarche, toujours de l'avance sur ses personnages.

Il convient galement de rappeler que l'entit dont il est ici question n'est aucun moment visible directement : on ne peroit de son absente prsence que les effets qu'elle peut avoir sur le dcor et la bande sonore (un bruit sourd et grave annonce toujours une manifestation visuelle de la chose, ce qui amplifie considrablement la tension que l'on peut ressentir alors), si bien qu'il semble souvent que c'est l'angoisse prouve par le spectateur qui, tel Le Cri de Munch, dforme ce qui se trouve l'image. Une apparition sans apparence, donc, qui nous met face nos propres peurs, de l'infini, de l'indfini et, finalement, de la mort, cette porte ouverte sur un gouffre noir bant, dans cette chambre obscure qu'est la vie. Chambre obscure. En latin, camera obscura, l'instrument qui, d'une certaine faon, se trouve justement tre l'anctre de cette bonne vieille camra dont nous disions tantt qu'elle tait un personnage part entire de cette horrible histoire de fantmes, une camra dont l'usage et le sens sont multiples, puisqu'elle permet Katie et Micah de prendre une distance par rapport aux vnements, de mme que les spectateurs voient, par la mme occasion, leurs propres fantmes et fantasmes (mots qui ont en commun bien plus que leur tymologie) projets sur un cran, dans une fiction qui, bien qu'effrayante, rassure. La camra, l'image qu'elle produit, la reprsentation qui en est le fruit, constituent donc l'cran que chaque individu prend soin, au quotidien, de placer entre lui-mme et le monde rel. Paranormal Activity nous rappelle ainsi que l'homme ne peut vivre que dans et par la fiction, la mort se trouvant hors-champ, bien qu'on en ressente constamment l'irrmdiable prsence, qu'elle forme et dforme notre perception du monde, que se trouve en elle, en somme, l'origine mme de cette fiction qui nous permet de vivre.

En conclusion, Paranormal Activity, sans tre un chef-d'oeuvre, parvient sans mal son objectif (Oren Peli dsirait, de son propre aveu, nous faire trembler devant nos crans) tout en nous proposant une rflexion intelligente sur le statut de l'image et de la reprsentation dans notre socit. Un film de revenants auquel on aura plaisir revenir.

Note : 7,5/10


Werna 2009-2023