Accueil

SUJETS

Poèmes : Introduction - La mort - Le tombeau - Fiction - L'illusion de contrôle - La volonté de puissance - La chimère - L'imaginaire - Le rêve - La création - Le néant - Matière noster - L'espace - Le temps - La mémoire - La répétition - Le changement - La maladie - L'existence - La transcendance - Le désert - Les valeurs - La famille - L'amitié - La vérité - L'amour - Mélodie - L'il et l'elle - Mon démon - Coup de théâtre - Le château - Le manoir - La solitude - Trajectoire - Jeu de rôles et drôles de je - Le néomme - Le cochon - Les nuées - La mère patrie - Le travail - Les automates - La ville - Le supermarché - La télévision - Internet - La technologie - L'homme-prison - D.A.F. De Sade - H.P.L. - P.K.D. - Le cercle



Coup de théâtre


La pièce a commencé le jour où je suis né.
J'avais les yeux fermés mais j'entendais l'émoi.
Des humains s'agitaient, prenaient la pose, et moi,
Je ne comprenais pas. Ça n'avait rien d'inné.

Quand j'ai ouvert les yeux, trop tard, j'étais aveugle.
Je m'étais pris au jeu de cette comédie.
Je m'habillais de mots, remplissant, comme on dit,
Mon rôle d'être humain, comme un animal meugle.

Pourtant, je le savais, je le sentais au fond :
Je n'étais pas moi-même, un mime à la surface.
Et rien dessous peut-être, un crime où tout s'efface.

Aujourd'hui je comprends ce que les hommes font.
De ma vie j'ai toujours été le spectateur.
J'aimerais ne plus en être le spectre acteur.

Poème précédentPoème suivant


Commentaires :


Nom :


Commentaire (français correct exigé) :


Code de sécurité (n'entrez rien, ce code est un leurre pour les robots spammeurs) :
Code de sécurité




Ned


A VOIR


Mansion
Mansion

Le Test du Geek

Histoires cochonnes

Erwan Bracchi 2009-2019