Accueil

SUJETS

Poèmes : Introduction - La mort - Le tombeau - Fiction - L'illusion de contrôle - La volonté de puissance - La chimère - L'imaginaire - Le rêve - La création - Le néant - Matière noster - L'espace - Le temps - La mémoire - La répétition - Le changement - La maladie - L'existence - La transcendance - Le désert - Les valeurs - La famille - L'amitié - La vérité - L'amour - Mélodie - L'il et l'elle - Mon démon - Coup de théâtre - Le château - Le manoir - La solitude - Trajectoire - Jeu de rôles et drôles de je - Le néomme - Le cochon - Les nuées - La mère patrie - Le travail - Les automates - La ville - Le supermarché - La télévision - Internet - La technologie - L'homme-prison - D.A.F. De Sade - H.P.L. - P.K.D. - Le cercle



Le supermarché


Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se consomme :
C'est en boîte, en bouteille, ou bien encore en conserve –
Ici se rejoignent tous ceux que l'on somme,
A tout va, de s'aller oublier sans réserve ;

Des caddies décadents, des carreaux encrassés,
Le chaland nonchalant, le client mécontent,
Des cadeaux décalés, des cartons entassés,
Le marchant démarché – le marché de Satan ;

Société d'abondance où se perd notre instinct,
Satiété d'ignorant, qui se perd dans l'instant,
Cécité de gourmand n'écoutant qu'intestin ;

Nous voilà dans les limbes du supermarché :
Ses allées, nos venues, un enfer où le Temps,
Consumé, semble s'être arrêté de marcher.

Poème précédentPoème suivant


Commentaires :


Nom :


Commentaire (français correct exigé) :


Code de sécurité (n'entrez rien, ce code est un leurre pour les robots spammeurs) :
Code de sécurité




Ned


A VOIR


Mary Cristmas
Mary Cristmas

Le Test du Geek

Histoires cochonnes


Le livre

Erwan Bracchi 2009-2019